Mon Prince Slave

MON PRINCE SLAVE

Mon prince slave couverture

 

Ce livre est un témoigne signé Marie-Laure Barrière :

"J'ai toujours voulu être maman. Malheureusement Dame nature en a décidé autrement.

Si j’ai fait le deuil de porter un enfant, je n’ai pas fait celui d'en avoir un.J'ai toujours voulu être maman. Malheureusement Dame nature en a décidé autrement.

Si j’ai fait le deuil de porter un enfant, je n’ai pas fait celui d'en avoir un. "

 

EXTRAIT : 

Il était midi quand nous nous envolâmes enfin pour Kiev, vers notre espoir si souvent déçu de fonder un foyer. Depuis tôt le matin, nous avions passé notre temps à faire enregistrer nos bagages, une première fois à Bordeaux-Mérignac et une seconde à Roissy, à attendre dans les halls d’embarquement avec trois longues heures à flâner dans l’aéroport de Paris. Nous ignorions encore à ce moment-là si nous reviendrions avec un enfant. Cela dépendrait des fiches d’orphelins adoptables que détenait le SDA. Mais Vladislav était confiant pour nous.Il était midi quand nous nous envolâmes enfin pour Kiev, vers notre espoir si souvent déçu de fonder un foyer. Depuis tôt le matin, nous avions passé notre temps à faire enregistrer nos bagages, une première fois à Bordeaux-Mérignac et une seconde à Roissy, à attendre dans les halls d’embarquement avec trois longues heures à flâner dans l’aéroport de Paris. Nous ignorions encore à ce moment-là si nous reviendrions avec un enfant. Cela dépendrait des fiches d’orphelins adoptables que détenait le SDA. Mais Vladislav était confiant pour nous.Il était midi quand nous nous envolâmes enfin pour Kiev, vers notre espoir si souvent déçu de fonder un foyer. Depuis tôt le matin, nous avions passé notre temps à faire enregistrer nos bagages, une première fois à Bordeaux-Mérignac et une seconde à Roissy, à attendre dans les halls d’embarquement avec trois longues heures à flâner dans l’aéroport de Paris. Nous ignorions encore à ce moment-là si nous reviendrions avec un enfant. Cela dépendrait des fiches d’orphelins adoptables que détenait le SDA. Mais Vladislav était confiant pour nous.Il était midi quand nous nous envolâmes enfin pour Kiev, vers notre espoir si souvent déçu de fonder un foyer. Depuis tôt le matin, nous avions passé notre temps à faire enregistrer nos bagages, une première fois à Bordeaux-Mérignac et une seconde à Roissy, à attendre dans les halls d’embarquement avec trois longues heures à flâner dans l’aéroport de Paris. Nous ignorions encore à ce moment-là si nous reviendrions avec un enfant. Cela dépendrait des fiches d’orphelins adoptables que détenait le SDA. Mais Vladislav était confiant pour nous.Il était midi quand nous nous envolâmes enfin pour Kiev, vers notre espoir si souvent déçu de fonder un foyer. Depuis tôt le matin, nous avions passé notre temps à faire enregistrer nos bagages, une première fois à Bordeaux-Mérignac et une seconde à Roissy, à attendre dans les halls d’embarquement avec trois longues heures à flâner dans l’aéroport de Paris. Nous ignorions encore à ce moment-là si nous reviendrions avec un enfant. Cela dépendrait des fiches d’orphelins adoptables que détenait le SDA. Mais Vladislav était confiant pour nous.Il était midi quand nous nous envolâmes enfin pour Kiev, vers notre espoir si souvent déçu de fonder un foyer. Depuis tôt le matin, nous avions passé notre temps à faire enregistrer nos bagages, une première fois à Bordeaux-Mérignac et une seconde à Roissy, à attendre dans les halls d’embarquement avec trois longues heures à flâner dans l’aéroport de Paris. Nous ignorions encore à ce moment-là si nous reviendrions avec un enfant. Cela dépendrait des fiches d’orphelins adoptables que détenait le SDA. Mais Vladislav était confiant pour nous.

Référencement BNF

Prix : 13 €

Pour se procurer le livre : nous contacter. Nous ferons le nécessaire pour vous mettre en relation avec l'auteur.

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site